Prier pour la France, est-ce une action politique ?

32

Newsletter 141 – Octobre 2016

Depuis quelques années nous osons prier pour notre pays la France; pourquoi est-ce si difficile ? Dans des exemples du passé, comme avec Maurras ou mai 68, le but de la prière était de faire advenir un changement politique (l’abolition de la République, la venue d’un roi à la tête du pays…) ou le rappel emphatique des grandes figures historiques au profit de visions politiques personnelles.

Aujourd’hui encore, les responsables de l’Eglise de France se trouvent face à une division entre, par exemple, « chrétiens de gauche » et « chrétiens de droite », division toute politique, et ces deux ailes parfois se confrontent.. Or Jésus nous demande de garder l’unité par le lien de la paix. Nous ne pouvons pas douter que dans le projet de Dieu la prière pour la France est fondamentale et cette prière passe par l’Eglise et ses membres.

Cette prière fervente est ouverture à la grâce divine où l’Esprit Saint fait toute chose nouvelle car les   pensées du Seigneur ne sont pas les nôtres…

L’apôtre Paul dans sa première lettre à Timothée nous encourage et exhorte à la fois : J’encourage, avant tout, à faire des demandes, des prières, des intercessions et des actions de grâce pour tous les hommes, pour les chefs d’État et tous ceux qui exercent l’autorité, afin que nous puissions mener notre vie dans la tranquillité et le calme, en toute piété et dignité. Cette prière est bonne et agréable à Dieu notre Sauveur, car il veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la pleine connaissance de la vérité. En effet, il n’y a qu’un seul Dieu ; il n’y a aussi qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes : un homme, le Christ Jésus » 1Tm 2, 18

Dans ce passage, comme en Ephésiens 6,18, Paul affirme que la prière a une place prioritaire dans le fonctionnement de l’Église locale et nationale. La prière est aussi essentielle à l’Eglise que la saine doctrine et un bon enseignement.

Si nous marchons à la suite de Jésus nous sommes un avec lui. Toute division vient du satan, d’où cette parole du Christ « Sans Moi, vous ne pouvez rien faire ». Oui, la France ne peut rien faire  sans l’Eglise, Corps et médiatrice du Christ !

Paul encore nous enseigne comment prier : « De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables ; et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints » Rm 8,26

Fasse que l’Eglise, à travers nos responsables, nous encourage à la prière publique, à haute voix, pour hâter une nouvelle Pentecôte d’Amour qui permettra  de faire l’unité de l’Eglise, et l’unité du pays par le lien de la Paix. La paix porte un nom : Jésus-Christ, qui nous a acquis la victoire !

Il n’est plus temps de tergiverser ou de rougir au moment où notre pays et l’Europe sont en feu ! Poursuivons cet élan que les responsables de notre Eglise ont lancé à la suite des attentats. Affirmons notre engagement à prier pour la France et ses autorités, c’est là notre devoir de baptisés, « afin que nous puissions mener notre vie dans la tranquillité et le calme, en toute piété et dignité ».

C’est ce que nous ferons aux 48h de Bouvines où vous êtes appelés à venir !

Le Conseil d’Alleluia-France