Les avertissements de Notre Dame de Paris

747

« Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous que leur dette fut plus grande que celle de tous les hommes de Jérusalem ?  Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne voulez pas vous convertir, vous périrez tous de même » Luc 13,14

« Car ainsi parle le Seigneur de l’univers : Encore un peu de temps et j’ébranlerai toutes les nations, leurs trésors afflueront ici, et j’emplirai de gloire ce temple. A moi l’argent, à moi l’or. La gloire future de ce temps surpassera l’ancienne et dans ce lieu, je vous ferai don de la paix, oracle du Seigneur de l’univers ! »  Aggée 2,6-9

Ces flammes qui ont dévoré la cathédrale, « c’est un signe » ! Devant la flèche embrasée qui s’abat et cette croix comme en sang, nous sommes restés sans voix ! Oui cet évènement est un signe manifeste du Ciel qui provoque les hommes à la foi, à l’espérance, à la charité, à la conversion.  

Par cet évènement situé au début de la semaine sainte 2019, Notre Dame nous invite à nous laisser purifier, par le feu de l’Esprit Saint, de l’oubli de son enfant, Jésus, l’oint du Père, au profit de nos idoles constituées par nos orgueils et par la course à l’argent. Elle nous rappelle que nous ne pouvons pas mettre notre confiance dans l’œuvre de nos mains. « Or la colère de Dieu se révèle du haut du ciel contre toute impiété et contre toute injustice des hommes qui, par leur injustice, font obstacle à la vérité » Romains 1, 18.

L’idolâtrie, l’injustice, l’impiété, c’est mettre la créature à la place du Créateur, c’est mettre ce qui est relatif et provisoire (ma famille, mon travail, mes affaires, notre cathédrale…) à la place de Celui qui est absolu et éternel. Dans chaque idolâtrie, il y a un culte de soi, le fait de se placer au centre de l’univers, en y sacrifiant tout le reste. Il suffit que nous apprenions à nous écouter quand nous parlons pour découvrir comment s’appelle notre idole. Mgr Aupetit l’a rappelé : la beauté de Notre Dame de Paris n’a de sens que parce qu’elle est l’écrin qui entoure le Pain de vie, le Seigneur vivant qui se donne.

Au cœur de la désolation de Notre Dame de Paris, la Croix glorieuse et la Vierge qui veille sur le maître-autel n’ont pas été abîmées. Elles rappellent que là réside l’essentiel pour les chrétiens : la rencontre entre Dieu et l’Homme, la communion de Dieu et de l’Homme dans le sacrifice eucharistique, le salut du monde qui passe par la charité fraternelle. Si nous devons reconstruire Notre-Dame, c’est pour manifester cet essentiel.

Cependant Notre Dame nous envoie un deuxième appel ; il concerne la charité ! Les dons affluent depuis l’incendie du 15 avril, mais notre voix catholique s’élève pour rappeler que la lutte contre l’injustice de la pauvreté, de la faim, du logement, ne bénéficie pas suffisamment d’un tel élan de générosité ! Des millions de personnes, surtout des enfants meurent de faim et de maladie et nous devons leur venir en aide. Reconnaissons là encore – qu’il s’agisse de l’Etat ou de l’Eglise – nos contradictions, nos priorités mal ajustées.   

 « Quel est le plus grand commandement ? demande un scribe à Jésus : « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même, répond-il ». Tout est dit. « Ce que tu auras fait au plus petits d’entre les miens c’est à moi que tu l’auras fait » Mt 25. C’était bien l’Hôtel Dieu construit au même moment et à côté de la cathédrale Notre Dame qui donnait tout son sens à la cathédrale, signe de la charité, inconditionnelle, universelle, pour tout homme toute femme en souffrance.

Rappelons enfin avec Isaïe, dans son chant de la Vigne du Seigneur, que le troisième avertissement est pour nos chefs qui ont le devoir de bâtir un monde plus juste : « Le Seigneur attendait le droit et voici l’iniquité, la justice et voici les cris… Le Seigneur traduit en jugement les anciens de son peuple et ses chefs : “C’est vous qui avez dévoré la vigne, et la dépouille des pauvres est dans vos maisons” » Is 3,14.

Que nos chefs soient des justes devant Dieu et le Peuple ! Prions pour eux !

                                                                                             Le Conseil d’Alleluia-France