Christ est Roi, même en politique !

216

Sans faire aucun calcul ou hypothèse, projection, conjecture économique, nous savons que si nous mettons l’Évangile, la Doctrine Sociale de L’Église au centre de notre constitution, en affirmant que Christ est Roi de France, aussi bien dans l’ordre spirituel que temporel, donc en politique, alors les bienfaits reviendront en France, de manière céleste ! Voilà une vraie pensée !

L’Evangile, lumière du monde, n’est pas fait pour être mis sous le boisseau mais en hauteur pour que tout le monde VOIT  et s’en inspire.  Notre Roi et son Evangile comme centre-cœur de toute réalité, rayonnant et illuminant de l’intérieur notre vie dans tous ses aspects. 

Le Psaume 46, annonce la royauté du Christ sur toute la terre comme au ciel : « Car le Seigneur est le Très-Haut, le redoutable, le grand roi sur toute la terre, celui qui nous soumet des nations, qui tient des peuples sous nos pieds…sonnez pour notre roi, sonnez !  Car Dieu est le roi de la terre : que vos musiques l’annoncent !  Il règne, Dieu, sur les nations, Dieu est assis sur son trône sacré. »  Toute autorité et tout pouvoir viennent du Christ. En lui tous les ordres sont réunis !

On a voulu nous faire croire que Dieu se désintéressait de la vie temporelle des hommes, d’où une pseudo-séparation des ordres temporels et spirituels, alors que Dieu s’est fait Homme ! C’est le grand mensonge de notre époque qui a vu l’émergence de la mort de Dieu. Quand Dieu meurt dans une société, elle devient libre, nous assurait-on. En réalité, la mort de Dieu dans une société signifie aussi la mort de la liberté, de la vie, parce que ce qui meurt, c’est le sens, qui donne son orientation à la société, la boussole. Seule l’intimité avec le Christ donne du sens à notre vie privée comme publique.

Ensuite fut annoncé que Dieu est devenu une affaire privée concernant une minorité. Même dans l’Eglise, beaucoup préfèrent ne pas parler de Dieu, car ce discours apparaît comme inconfortable. Les derniers papes ont pourtant alerté que la France et l’Europe perdraient leurs racines, leur identité, tant que dans notre constitution il n’y avait pas ce principe fondamental : la mention expresse de notre responsabilité devant Dieu.

Dieu est fondamentalement le grand inconnu du public, et même d’une grande partie de l’Eglise. Nous avons prophétisé qu’un Temps Nouveau se vit au milieu de nous et donne à voir ses jeunes pousses, ne le voyez-vous pas ? Dieu s’est fait homme pour nous donner son Amour en Christ. Sa créature humaine est si chère à son cœur qu’il s’est unifié à elle et s’est ainsi intégré dans son histoire de manière très concrète. Dans ce TEMPS NOUVEAU, Jésus-Christ parle avec nous, il vit avec nous, il souffre avec nous et il prend la mort sur lui pour nous sauver, il gouverne avec nous.

Nous continuons à prophétiser que la France se prépare à ouvrir un espace au Christ Roi, avec sa Croix d’Amour tenue ferme dans nos mains, en écrivant une nouvelle constitution française. Elle posera l’unique pierre angulaire qui a été rejetée : Christ Roi. Pour ce XXI siècle on ne sauvera la France qu’en revenant au Christ Roi et Marie Reine.  Le psaume 97 annonce ce temps nouveau de sa royauté : « les montagnes chantent leur joie, à la face du Seigneur, car il vient pour gouverner la terre, pour gouverner le monde avec justice et les peuples avec droiture ! » Alors croyons et espérons ferme en nos cœurs que Christ Roi gouvernera bientôt la France selon sa justice, et cela à travers nous, une vraie constitution et un gouvernement intime du Christ. Tout restaurer dans le Christ veut dire que les intérêts temporels et la prospérité publique seront restaurés aussi très heureusement.

Mais le Christ voudrait des ouvriers pour son futur gouvernement. Dès maintenant le Christ se cherche des témoins pour leur cœur à proclamer son autorité royale dans la vie privée et dans la vie publique. Que ces témoins se lèvent en osant dire au monde politique, Christ est le centre-cœur de notre vie privée et publique par sa Parole de vie, son Pain de Vie, son Esprit Saint : « Sans Moi vous ne pouvez rien faire » ou « En vain peinent les bâtisseurs si le Seigneur ne bâtit la maison » psaume 126- Remettre Dieu au centre de notre vie privée et publique dans notre constitution n’est donc plus une théorie mais une priorité ! Alleluia ! Maranatha ! Viens Seigneur Jésus !

                            Le Conseil d’Alleluia-France