Ce cœur transpercé qui sauve sans cesse le monde

681

« Voici quelles sont, d’âge en âge, les pensées de son cœur : délivrer de la mort ceux qui espèrent son amour » Ps 32,11

La dévotion au Cœur du Christ plonge ses racines dans l’Ancien Testament, dans les Psaumes, les Prophètes, les livres de Sagesse : d’âge en âge, tout annonce la personne du Christ et sa mission d’amour rédempteur de l’homme. 

« La Parole de Dieu ne passera pas » alors que « la parole des hommes n’est que du vent (psaume). Dieu s’est réservé la science du Cœur et le Cœur de Dieu est tout entier dans Sa parole :

« Voici mon Fils bien aimé, en lui j’ai mis tout mon Amour… »

« Un des soldats lui perça le côté avec sa lance, et aussitôt il sortit du sang et de l’eau… »

« Celui qui a vu, en rend témoignage… »

« Ils regarderont celui qu’ils ont transpercé… »

« Ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, il les aima jusqu’au bout… »

« Il est venu chez les siens, et les siens ne l’ont pas reçu… »

Oui l’homme a besoin de rédemption ! L’enfer et le monde disent actuellement : « Tout sans Jésus Christ ! » Ils veulent le chasser des cœurs, des familles et des nations. Pour nous, nous devons répondre comme l’Église et avec l’Église : « Tout par Jésus Christ ! ».

Le monde est voué à l’argent, il a un portefeuille avec la marque de la Bête de la mer comme effigie, mais ce mois de juin nous rappelle que le monde est sauvé de la Bête par le Cœur de Jésus, Amour du Père, qui est le Cœur du monde. C’est dans l’Église que nous entendons battre l’Amour, le Cœur de Dieu uni au Cœur de Marie et de chaque chrétien à la suite de Marie.

Lorsque l’homme n’en pourra plus d’écouter la Bête, de naître pour rien, de souffrir pour rien, de mourir pour rien, peut-être entendra-t-il, de nouveau, la voix intérieure qui, d’Abraham aux mystiques d’aujourd’hui, ne cesse de l’appeler à la vie et au bonheur.

« Venez à Moi, vous tous qui peinez… Car je suis doux et humble de cœur… »

« Père, que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et moi en eux… » 

Notre monde a été gratifié de l’apparition de Jésus montrant son Cœur à sainte Marguerite Marie, à Paray-le-Monial : « Voici ce Cœur qui a tant aimé les hommes… ». 

Cette adoration du Cœur transpercé retentit jusqu’à nos jours : reconnaissance de l’amour sans bornes de Jésus pour nous, nécessité d’une réparation face à l’indifférence des hommes et du monde, consécration de notre personne, de notre couple, de notre famille, au Cœur Divin…

Les premiers adorateurs du Cœur de Jésus transpercé au pied de la Croix furent Marie et Saint Jean. Appelé d’abord « disciple que Jésus aimait » et confident de son Cœur à la dernière Cène, désormais au pied de croix Saint Jean devient le disciple qui se sait aimé de Dieu. Saint Jean nous représente, il représente tout cette humanité nouvelle qui se sait aimée de Dieu et que Jésus confie à Marie, Sa Mère : « Femme, voilà ton fils ! – Fils, voilà ta Mère ! ». Jean 19,26

Marie ! Exceptionnelle, incomparable, Marie est mère de l’Église. Elle attire sur l’Église naissante  l’Esprit de Vie qui jaillit du Cœur de Jésus. Le Cœur immaculé de Marie est le refuge de ceux qui veulent, en lui, accueillir tout l’amour du Cœur de Jésus pour le monde, la plénitude de la grâce qui coule du côté ouvert de l’Agneau de Dieu.

« Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive celui qui croit en moi !… De son sein couleront des fleuves d’eau vive ! Amen !

Le Conseil d’Alleluia-France.