Newsletter n°85

Évaluer cet élément
(0 Votes)

SAREPTA 

צָרְפַתה

(signifie "France" en Hébreu)   

Télécharger en pdf

 

« Dieu fait des choix. Si nous souhaitons travailler avec Lui et obtenir sa bénédiction, il nous faut accepter ses voies. Le test d’une humilité et d’une sagesse véritable est d’honorer le fait que Dieu puisse choisir quelqu’un d’autre. » Peter Tsukahira.

 

« Le Seigneur est tendresse et pitié, Il donne à qui le craint la nourriture. » Ps.3,4-5.  «Elie est le père des prophètes, « de la race de ceux qui cherchent Dieu, qui poursuivent sa Face » Ps.24,6. Il a appris à contempler Dieu et à vivre de sa miséricorde, durant sa retraite au torrent du Kerit » CEC 2582. Maintenant dans son amour passionné pour Dieu il va découvrir la tendresse et l’amour de Dieu. « Rends-toi à Sarepta de Sidon pour t’y fixer : j’y ai prescrit à une veuve de pourvoir à ta nourriture. » 1Rois 17, 9

Elie le grand prophète devient dépendant d’une veuve, païenne, dont il apprend à recevoir humblement l’hospitalité, et à changer son regard en découvrant que cette veuve craint Dieu. Par l’Esprit de Dieu cette veuve est préparée à cette rencontre puisqu’elle déclare : « Par la vie du Seigneur ton Dieu, » 1Rois 17,12. Le Seigneur manifesté à Israël intervient directement pour toucher les païens. Cette païenne écoute la parole du prophète et risque sa vie dans un acte de foi, puisqu’Elie est recherché par Achab.

Sarepta signifie France en hébreu : ainsi Elie vit et demeure chez Madame France. « Tous les peuples sont égaux devant les justes exigences de Dieu, mais chaque nation a une place unique, avec un rôle distinct à tenir dans ses plans. Israël a été choisi comme illustration de cette vérité. » Peter Tsukahira.

Certes la France n’existe encore ni historiquement, ni politiquement, mais dans le cœur de Dieu est né ce lien indestructible entre Israël et la France, dans une complémentarité spirituelle : «  Voici, tu appelleras une nation que tu ne connais pas, et une nation qui ne te connaissait pas, accourra vers toi, à cause du Seigneur ton Dieu, et pour le Saint d’Israël, car il t’a glorifié. » Is.55, 5.

Si Jonas a été un signe pour Ninive, Elie est un signe pour Israël et pour la France dans le cœur de Dieu qui unit la destinée de ces deux pays: Un peuple élu, une nation choisie. Cette veuve est le symbole de l’humanité délaissée qui en rencontrant l’homme de Dieu va découvrir son époux. Toute âme, jusqu’à ce qu’elle rencontre son Dieu, créateur et sauveur, vit en état de veuvage, car Jésus est l’époux unique de chacune, Il est la Vie Eternelle. Madame France, errante et encore inexistante, rencontre son époux. Madame France qui sera appelée « fille aînée de l’Eglise et éducatrice des peuples », au sens large de catholique signifiant universelle : «Eglise de la totalité c'est-à-dire celle des Juifs et des païens » Cardinal J.M Lustiger.

L’Eglise ne peut subsister que dans le mystère de la grâce faite à Israël. Dans ce mystère les païens doivent reconnaître un don qui leur est fait gratuitement. Réciproquement, en découvrant le don fait aux païens, Israël doit reconnaître que ce qu’il a reçu est une grâce et non un dû. » Cardinal J.M. Lustiger.  Dieu, d’une façon personnelle, nous donne part à l’élection d’Israël. Accomplir la volonté du Père, telle est la nourriture de Jésus et sa vocation, ainsi que de tout homme qui se laisse habiter et se rend présent à l’Esprit de Dieu, pour se réjouir et se rassasier du don de Dieu. Telle est la vocation du fils premier né, « Ainsi parle le Seigneur : Israël est mon fils premier-né. » Ex. 4,22, et de la veuve de Sarepta, à sa suite, préfiguration de la France, qui va découvrir que son histoire est sainte, à travers le mystère d’Israël. (A suivre...)

 

 Le Conseil d’Alleluia-France

 

Lu 2426 fois

Laissez un commentaire

Les champs marqués d'un (*) sont obligatoires.\nLe code HTML est autorisé.

NOUS SOUTENIR

Les partenaires