vendredi, 25 novembre 2011 11:43

Newsletter N°47

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Autorité et Pouvoir

Télécharger en pdf





«Donne-moi courage, Roi des dieux, qui domines toute autorité » (Rouleau d’Esther 4, 17r). «Et ils étaient frappé de son enseignement, car il parlait d’autorité et non comme les scribes » Mc 1,22.

Jn 19, 10/11 : « Pilate lui dit : tu ne me réponds pas ? Tu ne sais pas que j’ai le pouvoir aussi bien de te libérer que de crucifier ? Jésus répondit : tu n’aurais aucun pouvoir sur moi s’il ne t’avait été donné d’en haut »

Par cette parole Jésus montre qu’Il domine de toute son autorité les évènements de sa passion. De plus Jésus confirme la doctrine de l’Alliance dans l’association étroite des pouvoirs temporels (civils) et spirituels, qui viennent de Dieu. Si donc le spirituel et le temporel relèvent en principe de sa royauté, il consacre leur nette distinction jusqu’à son retour en gloire.

Dans l’Eglise comme dans l’Etat  l’exercice du pouvoir conduit souvent à des abus, des manipulations et devient source d’injustices ou de conflits. Encore aujourd’hui il y aurait cette même dérive du pouvoir qui s’exercerait sans autorité, comme du temps de Jésus face aux Pharisiens et à Rome ? L’exercice d’un pouvoir civil ou religieux est il donc irrémédiablement corrompu ? Dans l’Eglise, à la suite du Christ, ne pourrait-on pas donner l’exemple de ce que devrait être l’exercice du pouvoir ? Que l’on exerce son autorité dans l’Eglise, dans l’Etat, dans son couple, sa famille, son travail professionnel, Jésus et Paul donneront un enseignement commun à l’exercice du pouvoir.

Mat 20, 25/28 « Jésus les appela et leur enseigna : vous le savez, dit il, chez les païens, les chefs leur font sentir leur domination, et les supérieurs font valoir sur eux leur autorité…chez vous celui qui veut être grand sera votre serviteur, et celui qui veut être le premier sera votre esclave »

Ainsi Jésus ira plus loin que la première Alliance par son autorité vis à vis des pouvoirs en place. L’autorité permet à l’autre d’exister, de grandir, de changer, de recevoir tout ce qui vient de Dieu en vue de la vie éternelle pour le pouvoir religieux et en vue de la Justice et du bien commun pour le pouvoir temporel (civil).

Jésus est l’autorité par excellence. Il n’est que don permanent : don permanent et totale au Père et aux hommes. Il est (Dieu) et il se donne. Ce don total le conduira directement à la croix. Jésus parlait avec autorité parce qu’il est l’Amour engendré par le Père venu rendre témoignage à la vérité. Jésus est venu aussi pour montrer à l’homme (religieux ou civil) comment exercer le pouvoir : se donner totalement au service des autres, de la justice et du Bien.

Jésus n’a pas craint  de donner les pouvoirs à l’homme, en vue de l’exercice de l’autorité. Tout homme reçoit un pouvoir à exercer que ce soit dans sa vie privée ou sa vie publique, mais la question est de savoir : l’exerce-t-il avec autorité. Sur ce point l’enseignement de l’Ecriture est fondamental : l’homme qui veut exercer son pouvoir avec autorité ne pourra tenir son autorité que du lien d’amour qu’il aura avec Jésus, Maître et Seigneur, en vue du service de sa famille, ses frères, l’Eglise, l’Etat. Ainsi tous ceux qui désirent le don de l’autorité, devront-ils accueillir la croix qui se profile derrière elle.

Chacun de nous, que l’on soit évêque, ministre, père de famille, enseignant,… doit se poser cette question, est ce que je suis branché sur la Source d’Amour qui m’investit de toute autorité. Ou bien est ce que je me contente comme les pharisiens, les chefs du peuple, d’agir au nom de la loi des hommes ou de l’Eglise. Jésus confirme bien que tout pouvoir coupé de la racine divine de l’autorité devient un pouvoir de domination et de destruction (sous toutes ses formes).

Nous en faisons la triste expérience quotidienne : divorce, guerres, non respect de la vie, destruction de la nature, divisions, paupérisation galopante, sont les conséquences du mauvais exercice du pouvoir donné aux hommes qui gouvernent, certes au nom de la loi, mais sans autorité.

En plus de son enseignement le Christ nous a donné le « remède » à l’exercice tordu de notre pourvoir : lui même, dans son Eucharistie. Ce don total du Roi de l’Univers, de l’Amour véritable est le sacrement de guérison du cœur de l’homme pour le guérir de son pouvoir corrompu depuis le péché originel ou Satan a introduit la domination dans le cœur de l’homme.

En conclusion pratique : Il n’y a aucune vraie autorité en dehors de la Source : le Christ Jésus. Louons-le sans cesse et adorons-le ! Un bon exercice du pouvoir ne peut se faire qu’enraciner dans cette autorité qui vient de lui afin de rendre gloire à Dieu. Seigneur donne-nous des chefs selon ton cœur !

« Ressuscité, quand ils le virent, ils se prosternèrent devant lui. Mais quelques-uns eurent des doutes. Jésus, s'étant approché, leur parla ainsi : tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre » Math 28,18

 


                                                             Le conseil d’Alléluia-France
 

 

Lu 1749 fois Dernière modification le mercredi, 03 octobre 2012 18:34
Plus dans cette catégorie : « Newsletter N°46 Newsletter N°48 »

Laissez un commentaire

Les champs marqués d'un (*) sont obligatoires.\nLe code HTML est autorisé.

NOUS SOUTENIR

Les partenaires