mercredi, 30 décembre 2015 17:07

Newsletter N°109

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Serviteurs ou amis ?

 

« Moi, j’ai une nourriture que vous ne connaissez pas »Jn. 4,32

Par cette parole Jésus signifiait aux apôtres que la Volonté du Père est une nourriture. Aujourd’hui Adonaï nous invite à avancer en eaux profondes : "faire" la volonté du Père, c’est demeurer « serviteurs », or Jésus désire nous appeler « amis ».

Avant le péché originel, l’homme vivait, travaillait, sans peine, soumettait la terre dans un bonheur ineffable, communiant à l’amour trinitaire d’une façon parfaite. La volonté de Dieu et celle de l’homme ne faisaient qu’un. Le péché a rompu cette communion d’amour, l’homme a douté du Créateur, et surtout la volonté est devenue duale : la nôtre et celle d’Elohim, dans un combat quasi permanent. Ce combat intérieur nous blesse on nous présente la volonté de Dieu comme un fardeau, le péché déforme notre vue et notre perception de sa volonté. Adonaï Elohim, à travers les temps de purification qui viennent avec la Pentecôte d’Amour, désire nous faire passer &agr ave; un état nouveau où nous vivrons entièrement de la même nourriture que Jésus : la volonté du Père !

« Prenez mon joug, vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est léger et doux »Mt. 11,29

Par cette parole Jésus nous prépare à des temps nouveaux pour nous faire ce don « de vivre de la divine volonté » et devenir « ami ». En accueillant, dès maintenant, ce don de sa divine volonté, nous échangeons notre fardeau contre son joug qui est doux et léger. Jésus est le modèle parfait, le premier-né à vivre de cette divine volonté du Père dans la puissance de l’Esprit Saint. Adam avait livré le monde à l’Ennemi par sa désobéissance mais Jésus reprend le pouvoir sur ce monde lors des tentations au désert avec toute l’autorité que le Père lui donne : « Et ayant épuisé toute tentation, le diable s’écarta de lui jusqu’au momen t favorable.» Lc.4, 13. Jésus est allé jusqu’à mourir sur la croix pour briser le pouvoir du Malin sur nous et nous rendre notre autorité sur ce monde.

« La sainte Humanité de Jésus a rétabli l’harmonie entre le Créateur et les créatures. Jésus a fait au nom de chaque créature tout ce qu'elle avait à faire envers son Créateur, parce que pour chaque chose créée Il devait donner au Père la gloire, l’amour et la satisfaction complète… C’est ainsi que son Humanité restitua l’harmonie entre le Créateur et les créatures, la scellant de son sang »Luisa Piccarreta *

Jésus nous invite à choisir entre continuer à « faire » sa volonté, en demeurant serviteur, ou « vivre » de sa divine volonté et cheminer pour être « ami ». Dès le moment où je me fonds dans la divine volonté de Jésus, Il devient acteur de ma vie et non plus spectateur. L’admirable échange de ma volonté  pour la sienne donnera à chaque acte accompli, petit ou grand, une puissance divine qui dépassera largement mon acte et parviendra à toucher le monde. Alors je ne suis plus un serviteur qui peine mais un ami qui vit de l’amour même de la Trinité.

Cette belle union des volontés sur terre entre Jésus et son Père est un don du Saint Esprit. En accueillant nous-mêmes ce « don de la divine volonté » nous rendrons gloire au Père. De l’unité des trois personnes de la Trinité a jaillit ce don du Saint Esprit qui nous unis à la volonté divine que Jésus nous a obtenu dans sa prière : «  Père, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel ».

Par la prière de demande pour ce don, la nourriture de la Parole et du Pain de Vie, par la Miséricorde, la charité fraternelle, ce don peut grandir en nous selon la Sagesse d’Adonaï ; c’est notre responsabilité de nous engager sur cette voie. Notre responsabilité est aussi engagée communautairement, comme elle le fut avec Israël : « Vois, je mets aujourd’hui devant vous la bénédiction et la malédiction, bénédiction si vous obéissez aux commandements de Yah votre Elohim. Malédiction si vous désobéissez aux commandements de Yah votre Elohim, si vous vous écartez de la voie que je vous prescris aujourd’hui en suivant d’autres dieux, que vous n’avez pas connus » Dt. 11,26-28.               

             

                                                                                                                Le Conseil d’Alleluia-France

 


*Luisa Piccarreta est née à Corato (Bari) en Italie, le 23 avril, âgée1865. Elle y mourra en odeur de sainteté le 4 mars 1947. A vingt-trois ans, elle reçut la grâce du Mariage Mystique. En 1994, jour de la fête du Christ-Roi, Son excellence Monseigneur Carmelo Cassati, ouvrit officiellement le procès de béatification de Luisa Piccarreta. Ce fut une « âme victime » appelée par Jésus pour l’aider en réparation des péchés commis contre sa Justice. Elle fut clouée au lit pendant plus de 64 ans,  en compassion de la Passion de Jésus pour ce monde.
Saint Annibale Maria Di Francia, son confesseur et censeur de ses écrits, vécu selon l’esprit des écrits de Luisa. Il fut canonisé par le Pape Jean-Paul II le 16 mai 2004.                                                

 

Lu 507 fois
Plus dans cette catégorie : « Newsletter N°108 Newsletter N°110 »

Laissez un commentaire

Les champs marqués d'un (*) sont obligatoires.\nLe code HTML est autorisé.