LOUANGE ET ADORATION (198)

SUPPLIQUE AUX EVEQUES DE FRANCE

 

« Jésus Christ est Seigneur à la gloire de Dieu le Père »Ph 2,11

Nous portons à votre connaissance la Supplique qu’une centaine de baptisés viennent d’envoyer à tous les évêques pour la consécration de la France au Cœur de Jésus par le Cœur Immaculé de Marie.

« Oh ! Qui dira le bonheur de l’humanité si tous, individu, familles, Etats, se laissaient gouverner par le Christ ! » (Pie XI, Quas Primas).

Nous savons que de nombreux baptisés consacrent régulièrement leur foyer, leur paroisse, leur municipalité, la France au Sacré Cœur de Jésus.  En effet, consacrer son pays au Sacré Cœur est un acte essentiel qui passe aussi par la relation, l'offrande personnelle de chaque baptisé à ce même Sacré Cœur.

Mais frères et sœurs, comme il serait bon que toute l'Eglise en France, unie derrière ses évêques, fasse maintenant ce grand acte de consécration au Sacré Cœur pour le salut de la France. Car comme le disait Mgr Rey : « Si le Sacré-Cœur de Jésus ne sauve pas la France, personne ne le fera ! »

Frère et soeurs, nous confions cette démarche à votre prière.

Honneur, gloire et louange au Christ Roi des nations !

 

SUPPLIQUE ENVOYE A TOUS LES EVEQUES DE FRANCE

« En cette année du centenaire des apparitions de Notre Dame de Fatima, nous percevons dans le Peuple chrétien de France une attente pour une consécration de notre pays au Sacré Cœur de Jésus par le Cœur Immaculé de Marie.

Notre Seigneur a bien voulu révéler son Sacré Cœur à la France en 1689, comme source de grâces pour notre pays, par la médiation de Sainte Marguerite-Marie.

Ce désir de consécration de la France au Sacré Cœur de Jésus trouve aussi sa source dans les exemples très récents de consécrations officielles de pays tels que la Pologne, l'Angleterre et le Pays de Galles, le Pérou, le Congo, le Ghana, et bientôt le Canada.

A l’image des promesses de notre baptême comme prêtre, prophète et roi que nous renouvelons à la veillée pascale, une consécration au Sacré Cœur de Jésus par le Cœur Immaculé de Marie raviverait les promesses du baptême de la France par l’évêque Saint Rémi en 496. Elle pourrait se perpétuer chaque année le jour de la fête du Sacré Cœur, pour un renouveau de la foi dans le cœur des Français.

Cette démarche contribuerait également à bâtir l’unité du Peuple de Dieu en France autour de ses bergers, unité commandée par le Christ à la veille de sa mort sanglante : « Soyez un comme nous sommes un ».

Elle serait un acte fort, non seulement pour la France, mais aussi pour l’Europe. Elle montrerait qu’il est illusoire de vouloir s’émanciper de nos racines chrétiennes sans tomber dans la tentation du néant.

A l’écoute des demandes de la Vierge Marie à Fatima ou à La Salette, nous, Chrétiens Catholiques de France, prenons conscience qu'il est dans notre plus grand intérêt de choisir Jésus comme Roi de nos vies et de revenir à l’adoration de son Sacré Cœur, car « Jésus Christ est Roi et Seigneur à la gloire du Père » (Ph 2,11).           

L’encyclique Quas Primasde la Doctrine Sociale de l’Eglise nous enseigne clairement qu’en proclamant :« l'autorité royale du Christ dans la vie privée et dans la vie publique, des bienfaits incroyables seraient donnés par surcroît : une juste liberté, l'ordre et la tranquillité, la concorde et la paix, se répandraient infailliblement sur la société tout entière. »

Cette supplique vous est adressée personnellement ainsi qu’aux autres évêques de France. Nous y joignons une liste de signataires qui ont bien voulu témoigner de leur adhésion à cette demande.

Dans l’attente d’une réponsepersonnelle pour votre diocèse ou collégiale pour la France, soyez assuré, Monseigneur, de notre amour de l'Eglise et de nos prières pour vous et votre ministère. »

 

   Le Conseil d’Alleluia-France

SOS PRIERE - A GENOUX POUR LA FRANCE

LA DÉCHIRURE EN COURS DE LA TUNIQUE DU CHRIST.
 

Frères et soeurs priants d'Alleluia-France, notre conseil vous lance un SOS car nous sommes effarés de voir qu'en ce temps d'élections, l’Église de Jésus se déchire avec ces échanges d'intellectuels catholiques par médias interposés qui se font plaisir à nous opposer. Mais, frères et sœurs catholiques qui allons voter ce dimanche, aurions-nous oublié que nous ne sommes pas du monde, que nous appartenons d'abord à Christ et non à l'un ou l'autre ! Il n'y a qu'un parti qui tiendra après tous ces votes : c'est celui de la prière, de l'adoration et nous devons dénonçer le "péché" des intellectuels catholiques des deux bords qui oublient de proclamer, à temps et contre temps, l'importance capitale de se mettre a genoux, ensemble, quelque soient nos opinions à priori ! L’Église oublie le Saint Esprit en ce moment et nous nous déchirons. Non ! Disons à Jésus que nous, Peuple du Christ et de France, nous prions pour que sa Tunique ne soit pas déchirée ! Pendant les jours qui restent avant l'élection nous vous invitons à des bons temps de prière en commençant par invoquer le Sang précieux de Jésus sur vous et eux tous et après prier le VENI CREATOR ! Consacrons notre Pays au Roi des rois et Seigneur des Seigneurs, il peut tout ! Demandons par-dessus tout d'un seul coeur au Père en Jésus : que Ta volonté soit faite ! Prions sans relâche, le Ciel nous répondra !....

Lien vers la consécration de la France

 

 

Télécharger le texte

 

Ô Roi immortel des âges, Seigneur Jésus-Christ, notre Dieu et Sauveur !

Nous, français, nous nous tenons devant Vous, avec nos autorités, le clergé et le laïcat, pour reconnaître votre règne,

nous soumettre à votre loi, vous consacrer notre patrie et tout notre peuple.

Nous confessons devant le ciel et la terre que nous avons besoin de votre loi. Nous reconnaissons que vous seul avez une loi sainte et pérenne pour nous.

C’est pourquoi, humblement, en inclinant la tête devant vous, le Roi de l’univers, nous reconnaissons votre souveraineté sur la France et tout notre peuple vivant dans la patrie et partout dans le monde.

Désireux d’adorer la majesté de votre puissance et de votre gloire, avec une grande foi et un grand amour, nous vous crions : Christ, régnez sur nous !

- Dans nos cœurs – Christ, régnez sur nous !

- Dans nos familles – Christ, régnez sur nous !

- Dans nos paroisses – Christ, régnez sur nous !

- Dans nos écoles et nos universités – Christ, régnez sur nous !

- Dans les communications sociales – Christ, régnez sur nous !

- dans nos bureaux, lieux de travail, de service et de repos –Christ, régnez sur nous !

- Dans nos villes et nos villages – Christ, régnez sur nous !

- Partout dans la nation et dans l’Etat français – Christ, régnez sur nous !

Nous vous bénissons et vous rendons grâce, Seigneur Jésus-Christ !

- Pour l’amour insondable de votre Sacré-Cœur Christ notre Roi, nous vous remercions !

- Pour la grâce du baptême et l’alliance avec notre peuple au long des siècles - Christ notre Roi, nous vous remercions !

- Pour la présence maternelle et royale de Marie dans notre histoire – Christ notre Roi, nous vous remercions !

- Pour la grande Miséricorde que vous nous accordez constamment – Christ notre Roi, nous vous remercions !

- Pour votre fidélité malgré nos trahisons et faiblesses Christ notre Roi, nous vous remercions !

Prière d’engagement :

Conscients de nos fautes et injures infligées à votre Cœur, nous demandons pardon de tous nos péchés, et en particulier de nous détourner de la sainte foi,

de notre manque d’amour pour vous et pour notre prochain. Nous vous demandons de pardonner les péchés sociaux de notre nation, tous ses défauts,

ses addictions et ses asservissements. Nous renonçons au diable et à toutes ses œuvres.

Nous nous soumettons humblement à votre Seigneurie et à votre loi. Nous nous engageons à ordonner toute notre vie personnelle, familiale et nationale selon votre loi :

- Nous nous engageons à défendre votre saint culte et à prêcher votre gloire royale Christ notre Roi, nous nous engageons !

- Nous nous engageons à faire votre volonté et à protéger l’intégrité de nos consciences Christ notre Roi, nous nous engageons !

- Nous nous engageons à prendre soin de la sainteté de nos familles et de l’éducation chrétienne de nos enfants Christ notre Roi, nous nous engageons !

- Nous nous engageons à construire votre royaume et à le défendre dans notre nation Christ notre Roi, nous nous engageons !

- Nous nous engageons à participer activement à la vie de l’Eglise et à protéger ses droits – Christ notre Roi, nous nous engageons !

Vous, le seul souverain des États, des nations et de toute la création, le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs ! 

 

Nous vous confions l'Etat français et les dirigeants français. Faites que tous ceux qui exercent le pouvoir le fassent avec justice et gouvernent avec rectitude et conformément à vos lois.

Christ notre Roi, nous confions avec conviction à votre miséricorde toute la France et surtout les gens qui ne suivent pas vos voies.

Donnez-leur votre grâce, éclairez-les par la puissance du Saint-Esprit et conduisez-nous tous à la communion éternelle avec le Père.

Au nom de l'amour fraternel, nous vous confions toutes les nations du monde, en particulier celles qui ont fait porter la Croix à la France.

Faites-vous reconnaître à elles comme leur Seigneur et Roi légitime et faites qu’elles utilisent le temps que leur a donné le Père pour se soumettre volontairement à Votre Seigneurie.

Seigneur Jésus-Christ, Roi de nos cœurs, rendez nos cœurs comme votre Sacré Cœur.

Que votre Esprit Saint descende et renouvelle la face de la terre, cette terre.

Puisse-t-il nous soutenir afin que nous accomplissions les obligations qui sont les conséquences de cet acte national, nous protéger du mal et réaliser notre sanctification.

Dans le Cœur Immaculé de Marie nous plaçons nos décisions et nos engagements. Nous nous confions tous au soin maternel de la Reine de France et à l'intercession des saints patrons de notre Patrie.

Christ, régnez sur nous ! Régnez sur notre patrie et régnez dans toutes les nations pour la plus grande gloire de la Très Sainte Trinité et le salut de l'humanité.

Faites de notre patrie et du monde entier votre royaume : un royaume de vérité et de vie, un royaume de sainteté et de grâce, un royaume de justice, d'amour et de paix.

 

Aujourd'hui, la France renouvelle les promesses de son baptême, et accepte officiellement la royauté de Jésus-Christ !

Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, est maintenant et sera pour toujours. Amen.

 

Neuvaine du 6 au 14 août 2016

En réponse à l'appel de Mgr Pontier,

Prions pour notre pays !

Neuvaine du 6 au 14 août 2016

Téléchargez en Pdf

 

Après chaque journée, terminer par une dizaine de chapelet aux intentions de Marie. Confession et communions recommandés durant la neuvaine et particulièrement en la fête du 15 août.

NEUVAINE

* 1er jour : La fidélité
Le chemin d’espérance de Marie s’ouvre avec l’Annonciation. C’est un récit simple mais elle divise l’histoire. Ici se vit la fidélité de Dieu, celle de Jésus, celle de Marie. Une fidélité qui s’explique dans les trois paroles de l’Ange à Marie : “Réjouis-toi, N’aie pas peur’ ; A Dieu, rien n’est impossible”. La fidélité est l’attitude centrale de cette première étape du chemin d’espérance de Marie. En réalité c’est l’attitude première et essentielle de toute la vie se Notre-Dame. Tout commence, en Marie, au moment où Elle dit “oui” au Seigneur, c’est un oui radical et définitif mais dans obscurité lumineuse de la foi. Marie, Elle aussi, a accompli dans la foi son pèlerinage. Cela fait que le “oui” de Marie se rapproche davantage des exigences et des limites des nôtres. Il a suffit à Marie de s’appuyer sur une triple sécurité : Dieu L’aimait d’un amour de prédilection, Dieu lui demandait ce consentement, à Dieu, rien n’est impossible. La fidélité de Marie est faite de pauvreté, de confiance et de disponibilité. Demandons à Marie la grâce d’appuyer constamment notre fidélité sur la fidélité de Dieu.

– Oraison
Seigneur notre Dieu, nous te rendons grâce pour le mystère de l’Annonciation. Par le message de l’Ange, et l’entière confiance de Marie, nos coeurs ont été éclairés. Que Ton salut soit annonce à tout homme, et qu’il soit reçu avec foi et reconnaissance, par le Christ, notre Seigneur.

Prions : une dizaine de chapelet aux intentions de Marie. Une des prières à Notre Dame de France en bas de page.

* 2ème jour : La pauvreté
La pauvreté est une autre caractéristique de Notre-Dame durant toute Sa vie, mais nous voulons la souligner dès le début de Son chemin. Tout chemin parcouru suppose et exige la pauvreté : impossible de cheminer si l’on apporte trop de choses ! Le chemin est toujours un détachement de personnes et de choses. La pauvreté de Marie se fait détachement progressif, mystérieuse insécurité et obscur pressentiment. La pauvreté de Marie réalise parfaitement l’idéal messianique d’un peuple “humble et modeste”, du “petit reste” qui demeura fidèle et chercha refuge dans le nom du Seigneur. C’est à Sa Mère surtout que Jésus pensait, quand il proclama bienheureux “les pauvres en esprit”. Jésus ne fit rien d’autre que décrire Marie, quand il prononça les Béatitudes. Grâce à cette radicale pauvreté évangélique, Marie vit en toute simplicité, ouverte à la Parole de Dieu et en joyeuse dépendance de Sa volonté.

– Oraison
Seigneur Dieu, Tu regardes les humbles et les pauvres avec amour, et Tu leur donnes, comme à la Vierge Marie, de révéler la présence de Ton Fils. Accorde-nous, par ton Esprit, de discerner en eux le sacrement de Ta visite, par Jésus, notre Seigneur.

Prions : une dizaine de chapelet aux intentions de Marie. Une des prières à Notre Dame de France en bas de page.

* 3ème jour : La contemplation
La contemplation est une caractéristique essentielle et permanente de Marie. A la naissance de Jésus, alors que les bergers parlent et racontent tout ce qui leur a été dit sur “cet Enfant” , Marie, Elle, conserve avec soin, tous ces souvenirs et les médite en Son Cœur. Le Magnificat est un fruit évident de l’esprit contemplatif de Marie. Quand nous voulons pénétrer dans l’âme priante de Notre-Dame, nous méditons le Magnificat : c’est le chant de gratitude, de joie, de louange de Marie “la pauvre”. Parcourant l’histoire du Salut, Marie, en Sa contemplation profonde, célèbre la fidélité de Dieu envers Israël, Son serviteur, et les merveilles accomplies dans Sa petitesse de servante. En Marie, la contemplation est œuvre de l’Esprit Saint qui a engendré en Elle la Parole. De la profondeur sereine de cette contemplation, Marie perçoit simultanément la présence de Dieu en Elle et les impératifs du service de Ses frères. “ Marie partit et se rendit en hâte…”

– Oraison
Béni sois-tu, Père de Notre Seigneur Jésus-Christ : en Lui, Soleil levant et lumière victorieuse, Tu viens nous visiter. Accorde-nous de reconnaître Ta venue et, avec la Vierge Marie, nous T’exalterons en ce jour et dans les siècles des siècles.

Prions : une dizaine de chapelet aux intentions de Marie. Une des prières à Notre Dame de France en bas de page.

* 4ème jour : Le service
L’attitude de service de Marie apparaît, surtout, aux noces de Cana. Marie, “la contemplative”, est la première à découvrir le problème des jeunes époux et Elle s’engage à les servir : “ils n’ont plus de vin”… “Faites ce qu’il vous dira”. Ces paroles de Notre-Dame, nées de Sa foi profonde en Son Fils et d’un amour délicat envers les jeunes époux, expriment le réalisme et la fécondité de Sa contemplation. Il en est toujours ainsi quand la contemplation est vraie, elle crée en nous de très grandes aptitudes à servir. Seules les contemplatifs ont cette capacité spéciale de découvrir immédiatement les problèmes des autres, la capacité inépuisable du don. Le service de Marie, à travers le mystérieux détachement de toute Sa vie, va jusqu’au don généreux de Son Fils pour l’évangélisation des hommes et des femmes et comme offrande de réconciliation au Père.

– Oraison
Dieu d’amour, Tu as fait d’une humble femme de notre race la Mère de Ton Fils. A la prière de la Vierge Marie, accorde-nous de reconnaître le Christ en chacun de nos frères, et de vivre au service les uns des autres jusqu’au jour où nous Te chanterons ensemble pour les siècles des siècles.

Prions : une dizaine de chapelet aux intentions de Marie. Une des prières à Notre Dame de France en bas de page.

* 5ème jour : L’écoute de la Parole
L’écoute est une autre caractéristique propre à Notre-Dame dans Son long chemin de silence au cours duquel Elle accompagne l’oeuvre apostolique et missionnaire de Son Fils. L’évangéliste Luc nous présente en deux circonstances Marie “à l’écoute” attentive de la Parole de Dieu. En une occasion où Jésus prêche à la foule qui Le suit, on Lui dit : “Ta mère et tes frères se tiennent dehors et veulent te voir.” Lui leur répond : “Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoulent la Parole de Dieu et la mettent en pratique” (Lc 8, 19-21). Jésus établit ici les liens de la véritable parenté de Marie : Marie a pu nous donner Jésus selon la chair parce que d’abord Elle L’avait accueilli en Son coeur plein de foi. Marie est “heureuse” parce qu’Elle nous a donné Jésus, le Fils de Dieu fait homme. Mais cela fut possible parce que “l’humble Servante du Seigneur” sut dire “oui” à la Parole reçue. Vivre à l’écoute de la Parole de Dieu signifie avoir une grande capacité contemplative. Et seuls les pauvres en esprit en sont capables.

– Oraison
A chaque instant, Seigneur Dieu, Tu attends la réponse de notre foi. Accorde-nous de laisser fructifier la Parole qui as pris chair de la Vierge Marie, Jésus, le Christ, notre Seigneur. Une des prière à ND de France en bas de page.

Prions : une dizaine de chapelet aux intentions de Marie. Une des prières à Notre Dame de France en bas de page.

* 6ème jour : L’offrande
Nous contemplons Marie dans l’offrande de son Fils au Père. C’est le moment providentiellement fort dans lequel Marie L’a senti le plus Sien : Il est non seulement Son Fils mais Son Rédempteur. “Près de la Croix se tenait Sa mère” (Jn 19, 25-27). Marie comprend et vit le déchirement de l’offrande, mais aussi Sa mystérieuse fécondité. Jamais Marie ne s’est sentie si seule : Son Fils meurt ; mais jamais non plus Elle ne s’est sentie plus accompagnée et plus féconde ; l’Église naît. “Voici ton Fils” (l’Église, l’humanité). Le monde ne peut vivre sans le Christ. “Dieu a tant aimé le monde qu’il lui a donné son Fils unique”. Le monde ne peut vivre maintenant sans “l’Église qui est son Corps”. Tout est, évidement, fruit de l’amour du Pète ; mais tout est aussi fruit de la générosité sereine et forte, douloureuse et féconde de Marie, “l’offrande”.

– Oraison
Tu as voulu, Seigneur, que la Mère de Ton Fils, debout près de la Croix, fût associée à Ses souffrances ; accorde à Ton Église de s’unir, elle aussi, à la Passion du Christ, afin d’avoir part à Sa résurrection. Par ton Fils, le Christ, notre Seigneur.

Prions : une dizaine de chapelet aux intentions de Marie. Une des prières à Notre Dame de France en bas de page.

* 7ème jour : La communion
Marie nous est présentée au Cénacle alors qu’Elle préside, dans l’amour, à la prière pleine d’espérance des Apôtres et des disciples. La présence de Marie est fondamentale pour la communion. Marie est là, dans les débuts missionnaires de l’Église, comme Elle le fut dans les débuts de l’activité évangélisatrice de Jésus.
Il nous est bon de penser que Marie, la Mère de Jésus, appartient à cette communauté de disciples fidèles qui écoutent avec docilité la parole des Apôtres et participent leur Eucharistie. Dans notre chemin d’espérance avec Marie, cette attitude de communion est fondamentale. Marie l’a vécue dans le silence, l’oraison et la Croix. La communion exige le détachement et la mort ; elle exige la réconciliation et la rencontre ; elle exige, surtout, une entière fidélité à la Parole de Dieu. Tout le mystère de Marie est un mystère de communion – entre le ciel et la terre, Dieu et l’homme, la contemplation et le service – parce que toute Sa vie fut pure obéissance de foi à l’adorable volonté du Père. La fidélité de Marie rend possible la communion. La communion, au fond, est un mode concret de fidélité.

– Oraison
Béni sois-tu, Seigneur Dieu ! La Vierge, comblée de grâce, a été pure disponibilité à Ta Parole. Par Son intercession, ouvre nos vies à Celui qui veut naître en nous comme Il est né un jour en Elle, Marie, la Mère de Ton Fils, le Christ notre Seigneur.

Prions : une dizaine de chapelet aux intentions de Marie. Une des prières à Notre Dame de France en bas de page.

* 8ème jour : La mission
L’Église qui se manifeste à la Pentecôte est essentiellement missionnaire. Par la Force de l’Esprit, la première Église croît et se construit fondamentalement par la Parole et l’Eucharistie ; mais l’Église continue de naître quotidiennement dans le Coeur fidèle de Notre-Dame. Elle naît dans le silence contemplatif de Marie, engendré lui-même par la Parole à contempler. La mission exige ardeur et transparence chez le témoin ; fidélité et courage chez le prophète ; force sereine chez le martyr. A cause de cela même, elle exige contemplation, cohérence intérieure, sérénité devant la Croix. Le silence contemplatif de Marie fait croître l’Église du dedans ; Sa parfaite docilité à l’Esprit assure l’unité intérieure de l’Église et l’efficacité de son expansion missionnaire.

– Oraison
Par Ton Esprit de liberté, Tu as transformé les Apôtres. Par intercession de Marie, répands ce même Esprit sur Ton Église en prière : devant le monde, qu’elle soit aujourd’hui le signe d’une liberté nouvelle, par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

Prions : une dizaine de chapelet aux intentions de Marie. Une des prières à Notre Dame de France en bas de page.

* 9ème jour : L’Espérance
De toute évidence, le chemin de Marie, surtout à partir de la Pentecôte, devient un chemin d’espérance. C’est un chemin qui se poursuit essentiellement en compagnie du Ressuscité. A partir de la Pentecôte, le chemin de Marie n’est que le chemin de silence et de témoignage de la communauté primitive, jusqu’à ce que la tradition nous parle de la sereine Dormition de Notre Dame et de sa glorieuse Assomption dans les Cieux. Ici nous sommes en face de la plénitude du mystère de Marie : Sa Pâque. Le mystère de l’Assomption de Notre Dame est essentiellement un mystère d’espérance, avant tout parce qu’il nous enseigne à regarder – et à désirer ardemment – ce qui est définitif. Notre monde a besoin d’espérance ; mais d’une espérance qui le mette en route vers ce qui est pleinement bon, vers la jouissance de Dieu, vers la communion inaltérable et la rencontre, vers la construction d’une société définitivement nouvelle, vers la possession du ciel nouveau et de la terre nouvelle où habitera la justice. Marie accompagne notre chemin d’espérance vers la rencontre du Seigneur. Nous avons la certitude qu’elle nous donne constamment à Jésus, qu’elle nous aide à découvrir quotidiennement Son visage et à nous appuyer sur sa fidélité, qu’elle nous prépare en vue de la rencontre et qu’Elle nous montrera, à la fin de notre pèlerinage, le Fruit béni de Son sein.

– Oraison :
Marie, mère de l’Eglise et notre Mère, nous Te confions notre vie, afin que nous soyons de joyeux porteurs de l’espérance en notre monde. Nous te confions notre mort, afin qu’elle soit une joyeuse naissance au Ciel dans Tes bras et ceux de Jésus, le Christ Notre Seigneur. Amen !

Prions : une dizaine de chapelet aux intentions de Marie. Une des prières à Notre Dame de France en bas de page.

 

Participons ensuite activement à la fête du 15 août dans nos paroisses respectives.

 

Que Dieu vous bénisse !

 

Prière à Notre-Dame de France, Reine de la Paix

 

"O Marie, Vierge immaculée, sainte Mère de Dieu, exaltée par le Seigneur comme la reine de l'Univers pour être plus totalement conformée à votre Fils, Seigneur des seigneurs, victorieux du péché et de la mort, nous venons à vous pleins de confiance et d'affection filiale. Nous nous réjouissons de pouvoir vous saluer, avec les saints et les saintes de notre terroir, comme Reine de France.


Nous voulons, pour notre part, ratifier les engagements du baptême de notre pays à Reims. Nous voulons, en notre temps, renouveler la consécration à Dieu de nos personnes par l'intercession de votre Cœur immaculé.
A votre exemple et avec votre assistance, nous voulons nous engager à la suite du Christ, votre divin Fils, dans une vie authentiquement évangélique.


Par l'adoration et la louange à Dieu ;
Par notre fidélité aux commandements du Seigneur et à l'esprit des béatitudes ;
Par notre conversion personnelle et permanente ;
Par notre solidarité effective avec tous ceux qui sont privés de biens spirituels et matériels.
Nous voulons, ô reine de la Paix, nous mettre à votre écoute pour être des artisans de miséricorde et de paix, dans nos familles, nos professions, nos cités, dans la société tout entière et ainsi "construire la civilisation de l'amour".
Notre-Dame de France, Reine de la Paix, intercédez pour nous !"

Prière rédigée à l'occasion de l'érection de la statue de Notre-Dame de France à Baillet-en-France, le 15 octobre 1988.
Imprimatur de l'évêché de Pontoise, 7 octobre 1988.

 

"Sainte Vierge Marie, Mère de Jésus-Christ, nos aînés dans la foi vous ont choisie pour être leur Mère et la Protectrice de leur pays.

Veillez sur la France et tous ses habitants, comme vous avez veillé sur Jésus.

Faites d'eux des frères et des artisans d'unité et de paix.

Femme, qui écrasez la tête du serpent, secourez-nous dans nos luttes contre l'Adversaire.

Mère, revêtue du Soleil, gardez-nous dans la foi de notre baptême.

Immaculée, dont la lune est le marchepied, faites de nous des témoins fidèles de l'Evangile.

Notre-Dame de France, Étoile de l'Espérance, montrez-nous l'Astre véritable qui ne connaît pas de couchant :

Jésus, ressuscité d'entre les morts. Amen."

 

Mgr Henri Brincard

 

"Ici, sur cette terre de France, je confie, ô Mère de Dieu, à ton amour maternel les fils et les filles de ce peuple.

Ils n'ont pas cessé de t'honorer, dans leurs traditions, dans l'art de leurs cathédrales, dans leurs pèlerinages, dans la piété populaire comme dans la dévotion des auteurs spirituels, sûrs de demeurer proches du Christ en te contemplant, en t'écoutant, en te priant.

Beaucoup ont tenu à se consacrer à toi, y compris des rois, comme l'a fait Louis XIII au nom de son peuple.


Ô Marie, obtiens pour ces frères et soeurs de France les dons de l'Esprit-Saint, afin de donner une nouvelle jeunesse, la jeunesse de la foi, à ces chrétiens et à leurs communautés, que je confie à ton cœur immaculé, à ton amour maternel."

Jean Paul II Lourdes 14 août 1983

"Nous déclarons prendre la Très Sainte et Très Glorieuse Vierge Marie pour protectrice spéciale de notre royaume, nous lui consacrons particulièrement notre personne, notre état, notre couronne et nos sujets, la suppliant de nous vouloir inspirer une sainte conduite et défendre avec tant de soin ce royaume contre l'effort de tous ses ennemis, que, soit qu'il souffre le fléau de la guerre, ou jouisse de la douceur de la paix que nous demandons à Dieu de tout notre cœur, que ce royaume de France ne sorte point des voies de la grâce qui conduisent à celles de la gloire..."

Louis XIII par la grâce de Dieu, Roi de France.

Le vœu de consécration de la France à la Vierge Marie devrait être renouvelé le 15 août de chaque année.

 

Les 48 heures de Bouvines

 

48h POUR LA FRANCE à BOUVINES !

 Du vendredi 14 octobre (16h) au Dimanche 16 octobre (17h00)

 

        Imprimer  Facebook  LinkedIn  Twitter  Google+

Frères et sœurs, après les deux premières rencontres de prière et de jeûne pour la France organisées à Lourdes en septembre 2014 puis à la Salette en avril 2015,  Alléluia-France vous invite aux 48 heures de Bouvines !

48 h de VEILLE ET PRIERE pour  LA FRANCE et L’EUROPE

Bouvines, près de Lille, est un haut lieu historique, fondateur pour notre pays. Nous découvrirons ensemble ce symbole fort pour l’avenir de la France.

Les 48 h de Bouvines sont à l’initiative d’ALLELUIA-FRANCE avec la participation du Père curé de Bouvines et des chrétiens de la région Lilloise. Ces 48h de veille et prière pour la France et l’Europe se dérouleront essentiellement au Monastère de Bouvines (Communauté du Chemin Neuf) et  à l’Eglise de Bouvines pour les temps de l’Eucharistie et d'engagements.

ENGAGEZ-VOUS à BOUVINES !

"Il faudra peu, mais ce peu sera tout » Jeanne d’Arc

Nous invitons toute l’Eglise en France à  se bouger pour s’engager à venir prier à Bouvines  du 14 au 16 octobre 2016 pour accueillir ensemble le SAINT ESPRIT et avec Lui introniser le Christ Roi de France et Marie Reine de France, sur notre vie, notre ville, notre village, la France et l’Europe. Ce sera aussi le centenaire des apparitions de Versailles ! Vous serez un invité d’honneur !

Dans la louange et l’adoration, nous épancherons notre Amour douloureux au Christ avec la Vierge Marie, St Jean, Jeanne d’Arc, Marthe Robin, … douleur et espérance de voir notre France revenir bientôt à sa vocation et sa mission.

 « Amen, amen, je vous dis : vous pleurerez et vous vous lamenterez, tandis que le monde se réjouira ; vous serez dans la peine, mais votre peine se changera en joie. » St Jean 16, 20

 « Le cœur du peuple crie vers le Seigneur Adonaï. Muraille de la fille de Sion, verse comme un torrent de tes larmes ; de jour comme de nuit, ne t’accorde aucun répit ; que tes pleurs ne tarissent pas ! Lève-toi ! Jubile dans la nuit, au début de chaque veille ; répand ton cœur comme  une eau en présence de la face du Seigneur Adonaï ; élève les mains vers Lui pour la vie de tes nourrissons qui défaillent de faim à tous les coins de rue. » Lamentations 2, 18-19 

 « Fiez-vous à Lui en tout temps, vous, le peuple. Répandez devant Lui votre cœur : Dieu Elohim, notre refuge » Psaume 61, 9


Comment et où venir ? Voici le programme...

Le programme de ce ralliement sera simple mais fervent : Louange, célébrations, eucharistie, veilles, libre jeûne, enseignements, méditations de la Parole de Dieu, partages, confessions, adoration… Nous proclamerons la Royauté de Jésus et de Marie sur la France.

Télécharger le programme complet

Que chacun apporte sa Bible ou un livre des psaumes avec cantiques AT et NT

Une offrande sera proposée sur place pour couvrir les frais du rassemblement

 

1 - INSCRIVEZ VOUS 

 

Par internet en cliquant ici

 

En Téléchargeant le bulletin d'inscription papier

 

2 - RESERVEZ VOUS-MEME VOTRE LOGEMENT 

 

Hotellerie  Foxotel à Seclin (59113) tel:03 20 96 87 00

Site


3 - POUR TOUTES INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES 

(Merci de privilégier le mail)

 

ALLELUIA – FRANCE :

Patrick Scherrer

42111 LA VALLA SUR ROCHEFORT ( pour les inscriptions dépliants )

06 61 71 14 80 

alleluia-france[at]orange.fr

 

 

MERCI DE DIFFUSER CETTE INVITATION AUX FRERES/SOEURS MILITANTS

 

TELECHARGER LE FLYER

 

L’équipe invitante des 48h POUR LA FRANCE vous bénit !

 

 

vendredi, 29 janvier 2016 20:50

Newsletter N°133

Écrit par

                                               LA LIBERTE                             

 

« Dieu rend aux captifs la liberté » Ps. 67, 7

Liberté, Egalité, Fraternité !... Il est bon de faire mémoire de cette trilogie qui a servi de base à l’édification de la République. Oui, cela est bon...à condition de se souvenir que cette devise est avant tout une référence aux valeurs chrétiennes. Car tout héritage se dénature et change de sens lorsqu'on prétend l'affranchir de ses racines.

Ainsi en va-t-il particulièrement de la notion de liberté si prisée par le monde moderne. En effet Jésus par son incarnation est venu nous enseigner le vrai sens de la liberté : une liberté spirituelle qui nous permet de nous situer dans l’exercice de la liberté tout court. En effet, seule une compréhension de la  liberté reçue comme un don et qui rend responsable, ouvre au vrai sens de l’égalité, au sens de la dignité de tout être humain, engage à  vivre un véritable amour fraternel.

« Car le Seigneur c'est l’Esprit, et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté» 2 Co 3,17. En effet qui refuse l’Esprit devient esclave du démon et ne connaît plus la liberté. « Dès le commencement, le Verbe de Dieu avait annoncé que Dieu serait vu des hommes, qu’il converserait avec eux sur la terre, qu’il se rendrait présent à son ouvrage, pour le sauver et se laisser saisir par lui, pour nous délivrer des mains de nos ennemis, c’est-à-dire de tout esprit de désobéissance et nous donner de le servir, dans la piété et la justice, tout au long de nos jours, afin que l’homme, étroitement uni à l’Esprit de Dieu, ait accès à la gloire du Père » Saint Irénée.

La véritable liberté, celle que nous avons perdue par le péché originel et que Jésus nous à rendue, c'est la glorieuse liberté des enfants de Dieu, fils et des filles du Roi du Ciel, Créateur de l’univers visible et invisible ! Cette liberté, on la trouve dans le regard de confiance et d'amour inconditionnel de notre Père. Elle consiste à vivre dans la joie de sa présence et dans la lumière de sa sagesse, de ses enseignements salvateurs. Il ne s'agit pas de la liberté trompeuse que suggère le père du mensonge, Satan, lorsqu'il inspire aux hommes des désirs d'indépendance qui les rends en réalité orphelins, privés de la protection divine, livrés à l'emprise sournoise de l'ennemi, esclaves de désirs changeants et mal éclairés.

Pourtant le chemin de la liberté recouvrée nous a été indiqué ! Il est dans l'imitation du Christ, le Fils par excellence. Tout au long de ses trois ans de vie publique, Jésus nous a  montré comment vivre dans la liberté divine. Le sommet de son enseignement se situe à la croix où Jésus a cloué la haine, nous rendant libre, car la liberté est de choisir l’Amour et la vie éternelle. « Si vous, vous demeurez dans ma parole à moi, vous êtes vraiment mes disciples, et vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous libérera » Jn.8, 31-32.

« Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » Jn.14, 6. Seul Jésus qui est la Vérité peut nous libérer de l’esclavage du péché qui est mensonge. « Quiconque commet le péché est esclave du péché. Or l’esclave ne demeure pas dans la maison à jamais, le fils y demeure à jamais. Si donc le Fils vous, libère, vous serez réellement libres » Jn.8, 34-36.

Revêtus de l’Esprit Saint, recréés dans la puissance et la grâce de la Résurrection de Jésus, nous sommes délivrés de nos péchés, de nos fausses libertés, de nos tendances égoïstes, nous ne connaissons plus, selon l’expression de Saint Paul, "selon la chair", mais selon L’Esprit qui est Liberté, Paix, Amour et qui nous sanctifie :  « Seigneur, tu jettes loin de toi nos péchés ! » Ps. 103,12.

Frères et sœurs, l’apôtre Jacques nous dit : « Parlez et agissez comme des gens qui vont être jugés par une loi de liberté ! » Jc.2, 12.  Aussi, tout au long de cette année de la Miséricorde, marqués du sceau de Celui qui est Vérité dans la puissance de l’Esprit Saint, proclamons avec le psalmiste : « Seigneur, tu es mon allié, ma forteresse, tu es ma citadelle, tu es mon libérateur, mon bouclier, tu es mon abri, Seigneur, tu es ma victoire, mon sauveur, Seigneur, tu es notre Dieu ! » Ps 144, 1-15
                                                                   

                                      Le Conseil d’Alleluia-France

mercredi, 30 décembre 2015 18:24

Newsletter N°105

Écrit par

IL FALLAIT QUE...

 

       Après avoir créé l’homme et la femme, Dieu-Elohim leur dit : « Soyez féconds, multipliez- vous, remplissez la terre et soumettez-la » Gn.1, 28. Dieu-Elohim donne donc un grand pouvoir à l’homme pour dominer et soumettre la terre, la rendre féconde et vivre de cette fécondité. Cependant, après le péché des origines, ce pouvoir est mis à mal, le travail se fait dans la peine, la relation de l’homme et de la femme n’est plus dans l’innocence de la création : « vers ton mari se portera ton désir et lui dominera sur toi » Gn.3,…16. Dieu n’abandonne pas pour autant l’homme à cette condition et au pouvoir de la mort, conséquence du péché. Le Père multiplie les alliances pour redonner petit à petit à l’homme pouvoir sur la création, autorité sur sa propre vie, jusqu'à ce que vienne l’heure de la Nouvelle Alliance en son Fils Jésus  pour que, par Lui et en Lui, toutes choses soient restaurées ! Car le Père, par la puissance de sa miséricorde, sait faire toutes choses nouvelles. Là ou le péché abonde, il fait surabonder la grâce !

       Si Adam, en effet, avait reçu le pouvoir de soumettre la terre, Jésus, nouvel Adam, confie aux prêtres un pouvoir beaucoup plus grand : il leur donne directement pouvoir sur son propre Corps ! Oui, dans la folie de son Amour, le Père appelle à lui des hommes afin de perpétuer l’offrande salvifique de son Fils ! Des hommes qui reçoivent le pouvoir de donner Jésus à tous ceux qui le désirent, en tout temps, en tout lieux ! Voici la terre à nouveau dominée et rendue féconde : le cœur de l'homme sanctifié par la présence eucharistique de Jésus ! Dieu dans son amour miséricordieux se fait nourriture pour les hommes par le ministère royal du prêtre. Unique et vrai grand prêtre, Jésus appelle à ce sacerdoce royal des hommes pécheurs avec pouvoir de consacrer son Corps et son Sang. Consacré lui-même par l’onction, le prêtre reçoit, par la puissance de l’Esprit-Saint, pouvoir et qualité pour remplir sa mission.

       Or, ce pouvoir, Jésus l’a accordé aux apôtres au soir de la sainte Cène. Chaque apôtre est fait prêtre à ce moment précis, y compris Judas ! De fait, avant ce moment, personne n’avait pouvoir sur le corps de Jésus : « Ils cherchaient donc à l’appréhender, et personne ne porta la main sur Lui, parce que son heure n’était pas venue » Jn.7, 30.

 

       Sept fois l’évangéliste Jean insiste sur cette heure qui n’est pas encore venue : « Et se levant, ils le chassèrent… jusqu’à un escarpement de la montagne sur lequel leur ville était bâtie, de manière à l’en précipiter. Mais lui passant au milieu d’eux, allait son chemin » (Jn.7, 6 ; 7,8 ; 7,30 ; 7,58 8,20 ; 10,17 ; 10,39 ; Lc.4, 29-30 ).

       Mais lorsque vint pour Jésus l’heure de donner sa vie librement - en effet, en parlant de sa vie Jésus dit : « Personne ne me l’enlève mais moi je la livre de moi-même. J’ai pouvoir de la livrer et j’ai pouvoir de la reprendre » Jn.10, 18 -  Jésus annonçe : « En vérité, en vérité je vous dis que l’un d’entre vous me livrera » Trempant alors la bouchée, il la prend et la donne à Judas l’Iscariote. Et après la bouchée, alors le Satan entra en lui. Jésus lui dit donc : « Ce que tu fais, fais le bien vite» Jn.13 21,27. Or cela advient juste après que Juda eut été fait prêtre. Pourquoi cela ? Parce qu’il fallait que cet apôtre soit fait prêtre pour que s’accomplissent les Ecritures car seul un prêtre a pouvoir sur le Corps du Christ ! Le pouvoir de l’offrir au monde ! C’est par le baiser de Judas, au jardin, que Jésus sera livré pour la multitude.

        « Frères, il fallait que s’accomplit ce que l’Esprit Saint a prédit dans l’Ecriture par la bouche de David au sujet de Judas, le guide de ceux qui ont arrêté Jésus. Car il était l’un des nôtres, et avait reçu sa part de ministère : Que sa charge passe à un autre » Ac.1, 15

       Quel pouvoir vertigineux fait aux prêtres ! Pouvoir à la mesure de la miséricorde infinie de Dieu et du mystère de la Rédemption pour chacun de ses enfants créés à son image et dans sa ressemblance !

       Béni soit Dieu, le Saint d’Israël qui nous donne par ses prêtres, son Fils Jésus, le Sauveur du monde !

 

                                                                    

                                                                                                                 Le Conseil d’Alleluia-France

 

mercredi, 30 décembre 2015 18:24

Newsletter N°104

Écrit par

Pour toi, France !
 

 

« A Béthanie, le village de Marie et de sa sœur Marthe, Lazare tomba malade. Marie était celle qui oignit le Seigneur d’une huile parfumée et qui lui essuya les pieds avec ses cheveux ; et Lazare, qui était malade était son frère. Les deux sœurs donc envoyèrent dire à Jésus : "Seigneur, ton ami est malade." A ces mots, Jésus répondit : "Cette maladie ne conduit pas à la mort ; elle va servir à la gloire de Dieu, en ce que le Fils de Dieu, grâce à elle, sera glorifié" » Jn.11, 1-4.

Ainsi parle aujourd’hui le Seigneur : « Dans ma sagesse, comme j’avais choisi Béthanie, j’ai pris plaisir à choisir la France, pour m’y reposer. A l’image de Marie, la France a fait monter la louange et l’adoration, en versant pour moi une huile parfumée, fruit de l’huile de mon Esprit Saint dont je l’ai ointe pendant des siècles. Ce parfum versé sur mon corps a été celui des martyrs, des pauvres, des princes, des rois, du paysan et de l’ouvrier qui travaillaient dur tout en restant dans mon regard, dans l’ombre de mon Esprit. Chacun d’eux, leur cœur ouvert à mon amour, a traduit en flèches de feu dans son art ce qui venait de moi. Ils créaient avec moi, ils priaient avec moi, ils louaient le Père avec moi et ils se reposaient en Moi pour renouveler leurs forces ! France tu as été mon nouveau Bétha nie et tu le resteras !

France à l’image de mon ami Lazare tu as été riche de ma Présence, de ma Parole et de ma Miséricorde, et cela n’a pu empêcher ta maladie ! Pourtant, mon alliance avec toi demeure, et elle est plus forte que ta maladie. Je reste fidèle à ma promesse : tu seras restaurée en tant qu’éternelle Béthanie, tu seras ressuscitée pour préparer la venue de l’Epoux.

Pourquoi cette maladie qui t’accable ? La maladie d’une personne est souvent un appel à la croissance dans la confiance en Moi ! Pas un de tes cheveux n’est tombé sans ma permission. Cette maladie, France, ne te conduira pas à la mort mais je serai glorifié par elle ! De même que tu es devenue  infidèle et apostate par les chefs que tu t’es choisis, de même je te restaure aujourd’hui à cause de cette France adoratrice, qui, comme Marie, a versé si souvent le parfum de nard pur sur mes pieds et les a essuyés de ses cheveux.

Oui, aujourd’hui c’est le parfum de ma Miséricorde qui coule sur toi, France ! Ton odeur pestilentielle se transformera en parfum de louange et d’adoration. Car voici le fruit de ma Miséricorde pour toi aujourd’hui : un nouveau parfum d’adoration. Ainsi ce beau pays aux parfums de tradition que tu es respirera le parfum de l’époux qui vient la chercher.

France, ton onction est celle d’une nouvelle adoration ! Mon appel pour toi : partage aux nations ce que tu vis à nouveau, ce parfum d’adoration qui coule de mes mains, de mes pieds et de mon cœur ouvert sur toi ! A travers toi, mon parfum d’adoration coulera d’abord sur mes fils chéris d’Israël et ensuite sur les nations. Mon amour te dit aujourd’hui : deviens toute entière à la fois Béthanie, Marie et Lazare.

Dans ces derniers temps, j’appelle ceux qui cherchent plus avant mon amour à venir se rassembler, en grande simplicité dans la veille, la louange et l’adoration autour de mon Corps eucharistique, hostie vivante offerte à votre regard. Contre mon cœur adoré, ils respirent mon parfum, celui de l’Epoux. »*

* Prophétie reçue par Alleluia-France en mai 2013

 

                                                                     Le Conseil d’Alleluia-France

mercredi, 30 décembre 2015 17:49

Newsletter N°132

Écrit par

  ON OBTIENT DE DIEU AUTANT QU'ON EN ESPERE  
                                                                                 Saint Jean de la Croix

 


Malgré les récents évènements qui nous ont bouleversés au point de marquer notre mémoire, demeurons dans la confiance et l’espérance que Jésus est le Maitre de notre histoire. Soyons artisans de paix, encore plus qu’hier, là où nous vivons ! L'année de la Miséricorde proclamée le 8 décembre par le Pape François nous y aidera... Nous vous souhaitons donc une « Bonne et Heureuse Année 2016 » et nous portons ces Paroles de Jésus vers votre esprit :

« Ne contristez pas l'Esprit Saint de Dieu, qui vous a marqués de son sceau pour le jour de la rédemption »(Ep 4,21). Mais comment pouvons-nous le contrister ? La Parole de Dieu nous répond : « Aigreur, emportement, colère, clameurs, outrages, tout cela doit être extirpé de chez vous, avec la malice sous toutes ses formes » (v.31)

Que nous réserve l’année qui vient ? Nous croyons que le Seigneur va déployer sa bénédiction avec encore plus de puissance et d’amour. Notre monde s’éloigne de plus en plus de Dieu. L’ennemi va aussi tenter de déstabiliser nos vies personnelles, familiales, nos petites communautés d’Eglise. Tout cela pour amoindrir notre force de témoignage de vie et tenter d’éteindre notre feu apostolique là où nous sommes engagés. Nous avons besoin les uns des autres, nous avons besoin de prier pour l’effusion du Saint Esprit sur nos âmes et l’âme de notre pays.

Avec Alleluia-France et tous les priants, nous espérons beaucoup en 2016, pour l’Europe et la France. C’est encore la Parole de Dieu au psaume 43 qui exprime notre vœu profond au Seigneur de Gloire ! Ecoutez attentivement ces paroles et méditez-les pour les temps qui viennent. Elles sont très étonnantes d’actualité !

« Dieu Elohîm, tu es mon Roi, tu décides des victoires de Jacob ! En toi Elohîm, nous battions nos oppresseurs ; par ton nom, nous écrasions nos adversaires. Ce n'est pas sur mon arme que je me confie, ni sur mon épée, pour la victoire. Tu nous as donné de vaincre l'adversaire, tu as couvert notre ennemi de honte. Dieu Elohîm était notre louange, tout le jour : sans cesse nous rendions grâce à ton Nom.

Maintenant, tu nous humilies, tu nous rejettes, tu ne sors plus avec nos armées. Tu nous fais plier devant l'adversaire, et ceux qui nous haïssent emportent le butin. Tu nous livres comme bétail de boucherie, tu nous disperses parmi les nations. Nous sommes la risée des nations (…)

Tout cela est venu sur nous, mais nous ne t'avons pas oublié : nous n'avions pas trahi ton alliance. Notre cœur ne s'était pas détourné et nos pas ne se sont pas détournés de ta voie (...) Si nous avions oublié le Nom de notre Elohîm, tendu les mains vers un dieu étranger, Dieu Elohîm ne l'eût-il pas découvert, lui qui connaît le secret des cœurs ? A cause de toi on nous massacre sans arrêt, on nous traite en bétail d'abattoir.

Eveille-toi ! Pourquoi dors-tu, Seigneur Adonaï ? Lève-toi, sors de ton sommeil ! Ne nous rejette pas pour toujours ! Pourquoi détourner ta face, oublier notre humiliation, notre misère ? Oui, nous mordons la poussière, notre ventre colle à la terre. Lève-toi ! Viens à notre aide ! Libère-nous, au nom de ton amour »

Concluons avec les conseils de Paul aux Ephésiens (6, 11-13) pour notre année 2016 : « Revêtez l’équipement de combat donné par Dieu, afin de pouvoir tenir contre les manœuvres du diable. Car nous ne luttons pas contre des êtres de sang et de chair, mais contre les Dominateurs de ce monde de ténèbres, les Principautés, les Souverainetés, les esprits du mal qui sont dans les régions célestes. Pour cela, prenez l’équipement de combat donné par Dieu ; ainsi, vous pourrez résister quand viendra le jour du malheur, et tout mettre en œuvre pour tenir bon »

 

                                                                                                                 Le Conseil d’Alleluia-France

 

 

 

 

mercredi, 30 décembre 2015 17:47

Newsletter N°131

Écrit par

    AGNEAU VAINQUEUR  


 

« Il vous est né aujourd’hui, dans la ville de David, un Sauveur, qui est Christ Seigneur » Lc 2, 11.

Sitôt qu’Hérode eut connaissance de la naissance de l'Enfant Roi annoncé par les prophètes, il n’hésita pas à faire massacrer les enfants de moins de deux ans dans tout Bethlehem, craignant pour son trône. De même, depuis cet instant où le Satan n’a pu dévorer ni l’Enfant Dieu à Bethleem, ni le Christ Jésus, mort et ressuscité à Jérusalem, il est parti en guerre contre tous ceux qui appartiennent à Dieu : « Et le dragon se mit en colère contre la Femme et s’en alla faire la guerre au reste de sa descendance, ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus. Et il se tint sur le sable de la mer » Ap.12, 17-18.

« C’est maintenant votre heure, c’est la domination des ténèbres »Lc.22, 53.

On reconnait normalement la dignité et la grandeur d’une nation à ses lois, et à la sagesse de ses  responsables chargés de les faire appliquer en vue du bien commun et de la Paix. Mais aujourd’hui, la savante idéologie laïque a progressivement anesthésié les consciences pour imposer la pensée unique au mépris de la Sagesse divine au point d’imposer en la légalisant la loi sur l’avortement ! L’acte le plus violent que l’on puisse appliquer au plus petit, au plus innocent ! N’oublions pas que le Satan « se tient sur le sable de la mer » qu’il est homicide depuis l'origine. A la fois dès l'origine du monde mai aussi dès l'origine de la vie naissante. Prince du mensonge, il fera tout pour nous faire révolter contre Dieu, qui est la Vérité.

Les conséquences de cet acte sont innombrables. Conséquences sur la femme comme sur l’homme, sur l’économie, le travail, la famille, la nature elle-même, qui plus que jamais « gémit dans les douleurs de l’enfantement » Rm.8, 22. Aucune nation en effet ne peut prétendre à la Paix, et œuvrer pour celle-ci, aussi longtemps qu'elle maintiendra au cœur de ses principes la guerre faite à ses propres enfants : la légalisation de l’avortement ! L’acte le plus violent que l’on puisse appliquer au plus petit, à l’innocent par excellence.

Cependant, frères et soeurs, nous n'avons pas espéré en vain ! Nous prophétisons que la France sera la première nation à abroger cette loi ! Si nous nous mettons à genoux pour demander pardon par la confession, la prière, des messes réparatrices, l’adoration, qui « est féconde parce qu’elle est la vérité de l’homme devant son Dieu » Abbé Faure.

En ces jours mauvais, où nous sommes, le Seigneur nous invite à réparer massivement ce crime, pendant ce court temps où sa Miséricorde veut encore s’exercer, avant que sa justice ne fasse Justice ! « Arrêtez et sachez que Je suis Dieu, Je domine les nations, Je domine la terre » Ps. 45, 10. Car Lui seul est créateur, Roi, Rédempteur. Adonaï Elohim est "briseur de guerre", c’est à dire qu’il se lève pour détruire tout ce qui s’oppose à la Vie et au langage subtil et pervers qui appelle bien ce qui est la quintessence du Mal. « Chaque matin je réduirai au silence tos les coupables dans ce pays, pour extirper de la ville les auteurs de crimes » Ps.101, 8.

Depuis l’incarnation du Verbe de Dieu, nous pouvons faire mémoire de Lui par l’Esprit Saint qui est en nous et rendre présent l’unique Roi des rois, Celui qui renouvelle la face de la terre et reprend possession de son Royaume. Avec le psalmiste nous pouvons dire : « Je lève les yeux vers les montagnes d’où le secours me viendra-t-il ? Mon secours  vient de Yah qui a fait le ciel et la terre. » Ps.120

« La paix est le fruit de la victoire de Dieu sur le mal… La vraie paix, la paix profonde, vient de l’expérience de la Miséricorde de Dieu »Pape François, 7 avril 2013  - Dimanche de la Divine Miséricorde.
 
                                                                                  

                                                                                                              Le Conseil d’Alleluia-France

 

 

 

Page 1 sur 15